La censure de gauche est-elle une fatalité wallonne ?

De récents incidents nous rappellent que la gauche est violente et intolérante.

Certains voulant jouer aux victimes, semblent dire que la censure de gauche en Wallonie est une fatalité face à laquelle, il suffit de faire le gros dos en attendant…la super-victoire électoraliste et populiste qui ne fait aucun doute (lol).

Tout au long de son existence, NATION a démontré qu’il n’en était rien. Non, rien n’est une fatalité ! Et si nous avons pris des coups, nous les avons toujours rendus et JAMAIS, nous n’avons capitulé face aux agressions.

Du quartier liégeois de St Léonard où nous avons repoussé les agressions gauchistes contre notre local, aux galeries de la Reine à Bruxelles (lorsque nos militants ont tenu la dragée haute aux antifa en marge d’un meeting où Marine Le Pen devait venir parler) ; de l’Hôtel de ville de Liège lors du rassemblement contre l’insécurité en 2011 au quartier de l’Albertine à Bruxelles le 1er Mai 2015 et à tant d’autres occasions, nous n’avons pas hésité à nous confronter avec succès à la violence des crapules gauchistes.

2011 : NATION met en échec, la crapule gauchiste en plein centre de Liège

2014 : Les militants de NATION tiennent tête aux militants d’extrême-gauche à deux pas de la Grand Place de Bruxelles

2015 : Les militants de NATION repoussent une agression gauchiste visant leur cortège du 1er mai

Alors bien sûr, on nous dira que lorsque il s’agit de la FGTB, c’est une autre paire de manches qu’avec quelques black-blocs de chez Aldi. Eh bien, pas forcément. En voici la démonstration au travers de cet exemple vécu.

Lors des élections communales de 2006, une dame membre de NATION avait été élue conseillère communale à Verviers sur une liste de cartel avec le FNB. A cette occasion, la liste avait été aussi créditée d’un représentant au conseil du CPAS de la commune. Au grand dam de la FGTB verviétoise qui avait appelé à manifester le jour de l’installation du conseil du CPAS en janvier 2007.

Mais mauvaise surprise pour eux, l’élu cette fois ne fut pas laissé à son triste sort et il vint accompagner par des dizaines de militants de NATION qui le firent rentrer et surtout sortir, sans aucun encombre : les opposants de la FGTB se contentant de huer à distance raisonnable et sans trop la ramener.

Quelques extraits de presse :

« L’élu du FNB au Conseil (…) est arrivé accompagné par un petit groupe de sympathisants (…), la tension montait dès lors au sein des manifestants, chaque groupe se combattant…à coups de slogans : les «fachos !» répondant aux «Europe, Jeunesse, Révolution !» des nationalistes… (Sud presse du 5 janvier 2007) »

« Pour l’occasion, ce dernier (l’élu NDLR) était escorté par une dizaine de gardes du corps scandant des slogans haineux sous les huées des démocrates. A partir de ce moment, le nombre de sympathisants d’extrême-droite ne cessera pas d’augmenter, dépassant presque celui des manifestants démocrates. Le face-à-face tendu durera jusqu’au départ du conseiller fasciste suivi de ses supporters… (Le jour Verviers du 5 Janvier 2007) »

Vous pourrez en voir quelques photos d’ambiance ci-dessous.

Tout ça pour dire que les adversaires ne sont forts que si nous nous montrons faibles. En tous les cas à NATION, on compte bien ne jamais se laisser faire. Et tant pis pour ceux qui croient que changer leur garde-robe va les faire devenir respectable…

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s