Historique d’un guet-apens !

Les événements de ce 11 mars à Bruxelles, la soudaine et honteuse interdiction du rassemblement prévu en mémoire des victimes des attentats du 11 mars à Madrid, furent plus qu’une nouvelle entrave à la liberté d’expression et de rassemblement. Après analyse des événements, on peut même dire qu’il s’agissait d’un guet-apens dans lequel NATION n’est heureusement pas tombé.

Rappel des évènements.

Cette année, cela fait 5 ans que NATION commémore les attentats islamistes du 11 mars 2004 à Madrid. Les 4 premières fois, tout s’était passé sans aucun problème alors que, de surcroit, la commémoration tombait en soirée, ce qui est toujours plus sensible au niveau du maintien de l’ordre.

Aucun précédent ne pouvait donc justifier la moindre interdiction. Ce que semblait d’ailleurs confirmer nos premiers contacts avec les autorités.

Le mardi 6 mars, l’organisateur est convoqué à la police qui lui confirme que le rassemblement est autorisé ! Dès lors, nous communiquons partout  et de bonne foi cette info : notre rassemblement est autorisé !

Le vendredi 9 mars après-midi, 48 h à peine avant le rassemblement, virage à 180° de la ville de Bruxelles qui interdit tout rassemblement ! Nous chargeons immédiatement la cellule juridique du Mouvement de lancer une procédure auprès du Conseil d’état en vue de faire annuler cette décision inique. Sachant que le jugement va tomber en dernière minute, nous ne communiquons pas sur l’interdiction afin d’éviter toute démobilisation. Rompu à ce genre de problèmes, nous mettons également en œuvre quelques plans alternatifs.

Ce n’est que la veille du rassemblement à 21 h que tombe la décision du Conseil d’Etat. Décision défavorable à notre encontre alors que l’auditeur du même Conseil avait lui-même émis des doutes sur la légalité de la décision (voir l’article spécifique sur ce sujet).

Le lendemain, nous activons donc les plans alternatifs. La première phase consistant à recueillir les gens se présentant pour le cortège et d’éviter des incidents avec la police.

Du centre ville, nous avons amené la bonne centaine de militants vers la place Saint Denis, haut-lieu de la multiculture, où une grande salle nous a accueilli pour entendre les orateurs qui auraient du s’exprimer à la fin du cortège. Tout cela à la grande frayeur des forces de l’ordre craignant une confrontation avec les bandes locales.

Mais celles-ci, pour une fois, prendront un profil bas et, même si parfois la situation fut tendue, les warriors en training n’ont jamais opté pour une confrontation dont ils avaient bien compris qu’elle risquait d’être plus ardue que d’habitude. Félicitons d’ailleurs tous les cadres et militants du mouvement qui ont aidé à ce que les choses se passent bien !

Pendant ce temps, un groupe de 30 militants réussissait à  mener une action devant la grande mosquée de Bruxelles, en déployant calicots et panneaux dénonçant le terrorisme et le djihad ! (voir photos et clip).

Ce groupe nous rejoignit également et ce sont donc près de 150 personnes qui se sont retrouvées dans la salle pour écouter les différents orateurs :

– Pascal Cornet : secrétaire national du Mouvement NATION qui expliqua le déroulement des événements

– Jean Pierre Demol : autre dirigeant du mouvement qui lança un vibrant appel à la résistance

– Luc Pecharman de la Maison de l’Identité de Lille qui rappela le volet européen de cette journée et notre attachement à la liberté

– Frédéric Kisters et Eddy De Smet, membres du Comité Exécutif de NATION qui évoquèrent le terrorisme des bandes urbaines

– Notre camarade Hugo de Troisième Voie qui a rappelé que le terrorisme était aussi pratiqué par les forces capitalistes occidentales pour des questions de profit.

– Et enfin, notre camarade Jordi Garriga du MSR espagnol, venu spécialement de Barcelone pour nous apporter le salut du peuple espagnol.

La  journée s’est terminée sans incidents.

Enseignements

On a encore pu voir concrètement que nous sommes effectivement face à un système politico-médiatique bien rôdé où un bourgmestre socialiste restreint toujours plus l’espace de liberté avec l’accord du conseil d’état qui a foulé aux pieds notre droit constitutionnel à nous rassembler. Tout ceci sans réaction de médias totalement aux ordres et qui recommencent à appliquer un black-out médiatique complet.

C’est bien cela, le système belge : des réseaux de gens qui se tiennent par la barbichette !

Conclusions

Certains diront que nous aurions du forcer le passage. C’était bien ce qu’espéraient les autorités et tel était le but de ce guet apens : faire en sorte que le ressentiment soit si fort que nous ne puissions tenir nos gens et enfin, pouvoir nous étouffer soit sous les amendes, soit avec des poursuites judiciaires. La preuve en était le déploiement de forces que l’on pouvait voir dans les rues avoisinantes : 4 pelotons anti-émeutes, 1 canon à eau et de très nombreuses équipes de policiers en civils, spécialisés dans les arrestations lors de troubles.

Le but était clairement de casser la progression flagrante de NATION sur tous les plans depuis maintenant un an…depuis notre dernier 11 mars…

Nous avons donc pris une décision réfléchie et responsable de ne pas tomber dans le piège tout en montrant que nous restions aptes à réagir (par l’action de la mosquée) et en évitant que des gens se retrouvent perdus dans Bruxelles sans consignes ni activités. Rappelons quand même que si l’on compte les gens qui n’ont pu se rendre à Forest ou qui ont été dissuadés de s’approcher du point de rendez-vous à cause de la présence de la police ; nous aurions été au moins 200 dont plus de la moitié (!) composée de Belges.

Qui que ce soit d’un peu objectif, reconnaîtra que gérer une telle situation sans aucun incidents ni arrestations démontre bien la qualité de l’appareil militant de NATION. Cela démontre aussi qu’il faudra bien plus que cette interdiction pour empêcher NATION de continuer à progresser.

Merci à tous ceux qui sont venus et d’ores et déjà, nous vous donnons rendez-vous pour la manifestation européenne et unitaire du 13 mai prochain à Paris, aux côtés de nos partenaires du Front Populaire et Solidariste !

Cet article a été publié dans Rassemblement du 11 mars à Bruxelles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s